janvier 2020

Temps de travail annuel des Français : moins 350 heures depuis 1975 !

C’est le constat dressé par l’Insee dans son dossier France Portrait Social publié le 19 Novembre 2019. Pour l’institut, cette baisse conséquente du nombre d’heures travaillées en un peu plus de 40 ans s’accompagne d’une tendance à des horaires moins réguliers et plus contrôlés.

L’impact des mesures législatives principalement

Dans cette étude qui porte sur la période 1975-2018, l’INSEE distingue plusieurs phases. De 1975 à 1981, la durée de travail annuelle se réduit de 145 heures sous l’effet principalement de gains de productivité et d’un moindre recours au heures supplémentaires. Cette tendance se poursuit après 1981 avec par ailleurs l’entrée en vigueur de la 5ème semaine de congés payés et la réduction de la durée légale hebdomadaire à 39h00. On observe ensuite une diminution modérée jusqu’en 1990 puis une nouvelle baisse plus marquée jusqu’en 2003, tout particulièrement à partir de l’entrée en vigueur des 35h00. Depuis 2003, le volume d’heures travaillées par année est resté relativement stable avec des périodes de légère remontée dues à différentes mesures d’assouplissement des 35h00 ou d’incitation aux heures supplémentaires. Ainsi, l’Institut observe que le temps de travail annuel est remonté de 43h00 depuis le début des années 2000 pour s’établir à près de 1700 heures en moyenne pour un salarié à temps plein en 2018.

D’autres composantes à l’origine de cette baisse

Si l’essentiel de la tendance provient de la baisse de la durée du temps des salariés à temps complet (environ 43%), d’autres facteurs sont identifiés par l’INSEE. Le deuxième poste de réduction provient du changement de répartition entre les temps partiels et les temps pleins. L’augmentation du travail à temps partiel a une incidence mécanique sur la durée moyenne pour l’ensemble de la population. La troisième cause identifiée est la baisse de 17% du temps de travail des non-salariés entre 1975 et 2018, qui s’est accélérée depuis 2009 avec l’apparition du statut d’autoentrepreneur. Le taux de non-salariés dans la population a par ailleurs augmenté, amplifiant ainsi le phénomène.

Cadres : un écart de + 200 heures par an

D’après l’INSEE, le temps de travail des cadres s’établit à 1850 heures en moyenne par an contre 1650 heures pour les autres salariés depuis 2016.  Surtout, le rapport mentionne que la réduction du temps de travail a été beaucoup plus limitée pour cette catégorie sur la période observée, avec -75h00 pour les cadres à comparer à – 250 heures pour l’ensemble des salariés à temps complet. Une des raisons évoquée est la mise en place du forfait en jour qui aboutirait à une durée annuelle de 1950 heures pour les cadres concernés contre 1760 heures pour les cadres à temps complet au régime en heures.

Plus d’horaires de travail atypiques

Parallèlement à la diminution globale du temps travaillé, le travail du dimanche et le travail de nuit se sont largement développés sur la période. Ainsi, en 2016, 28% des salariés déclaraient avoir travaillé le dimanche contre 12% en 1974.

Plus de contrôle en contrepartie de moins de temps de travail

La réduction du temps de travail s’est accompagnée de nouveaux modes d’organisation de la main d’œuvre pour disposer de plus de flexibilité, avec notamment la modulation du temps de travail et les accords d’annualisation des entreprises. Parallèlement, les employeurs ont mis en place des moyens de contrôle du temps de travail. Ainsi l’INSEE rapporte que le badgeage concerne en 2018 21% ses salariés au lieu de 16,5% en 1975.

Réduction du temps de travail et développement des solutions de gestion des temps

Les chiffres donnés par l’INSEE permettent de comprendre les enjeux auxquels les entreprises ont été confrontées sur la période, à la fois pour se conformer aux changements législatifs et pour en gérer les conséquences opérationnelles. On ne peut s’empêcher de faire un lien avec la forte croissance qu’ont connu les éditeurs de solutions de GTA (gestion des temps et des activités) sur la même période. Le volet « contrôle » est forcément le plus perceptible, mais en réalité ces solutions ont surtout accompagné la mise en œuvre de nouvelles organisations de travail qui amènent par nature une complexité de gestion. En ce sens, on peut penser qu’elles ont permis la mise en œuvre opérationnelle de la réduction du temps de travail.

 

Voir les solutions d’Horoquartz en matière de Gestion des Temps et des Activités

 

Thierry Bobineau, Directeur Marketing chez Horoquartz

Thierry Bobineau - blog Horoquartz