juin 2019

Salaire, intérêt des missions, horaires flexibles : le tiercé gagnant du bonheur au travail pour les salariés français

En partenariat avec Atomik Research, la société Wrike (*) a interrogé 4000 salariés américains, allemands, anglais et français pour étudier et comparer leurs facteurs de motivation au travail. La synthèse fait apparaître des différences sensibles suivant les pays.

Le salaire : premier levier de motivation pour les Français

Alors que le niveau de rémunération n’apparaît qu’en deuxième niveau pour les Allemands, 4ème pour les Américains et 5ème pour les Anglais, il est cité en premier lieu par les salariés français, même si l’écart avec le deuxième critère (l’intérêt des missions) est relativement faible d’après l’étude (3 points). Plusieurs facteurs concourent probablement à expliquer cette situation. Tout d’abord les 3 premiers pays sont en situation de quasi plein emploi, tirant ainsi probablement les salaires vers le haut. Ensuite, le poids des charges sociales et des impôts a probablement un effet sur la perception du revenu net du travail en France. Même si cette perception peut porter une part de subjectivité en raison des services publics fournis à la population et des transferts sociaux plus importants en France, il n’empêche qu’elle traduit une réalité dont le mouvement des Gilets Jaunes a été une forme d’expression récente.

L’intérêt des missions, un levier essentiel de motivation partout

Premier facteur de motivation cité par les Américains, les Anglais et les Allemands, l’item ‘réaliser des missions intéressantes’ vient en deuxième pour les salariés français, juste après le salaire, avec un écart assez faible. Une étude réalisée par Opinionnway pour Horoquartz auprès de 2000 salariés français, mettait en évidence un autre éclairage sur le même sujet : le sentiment d’utilité des missions accomplies dans le cadre du travail, un élément de motivation partagé par 93% des salariés quel que soit le secteur d’activité et la tranche d’âge du collaborateur, encore plus dans le secteur public (95%) que dans le secteur privé (91%).

L’étude de Wrike précise par ailleurs que 4 salariés sur 10 ont déjà consenti volontairement une baisse de salaire dans leur carrière pour occuper un poste qui les rendait plus heureux.

Avoir des horaires flexibles : un facteur à ne pas sous-estimer

Disposer d’horaires de travail flexibles est le troisième facteur de motivation cité par les salariés américains, allemand et français. Ce point était également ressorti d’une autre étude réalisée par Opinionway pour Horoquartz : les salariés français plébiscitent la liberté dans les horaires de travail même s’ils restent conscients que les contraintes d’organisation et de fonctionnement de l’entreprise imposent une limite à cette liberté. Néanmoins, ils sont 75% à penser que des horaires plus flexibles seraient synonymes d’une plus forte productivité, 71% à dire que cela renforcerait leur implication dans leurs missions et 67% prétendent même que cela contribuerait à un plus grand respect du manager au sein de ses équipes. Ils restent cependant lucides sur les limites d’organisations horaires totalement flexibles, 1 sur 2 pointant un risque de retards répétés ou de temps de présence inférieur à la durée requise. Les managers en particulier sont 9 sur 10 à penser que veiller au respect des horaires participe au maintien de l’équité entre salariés. Il y a donc de toute évidence un travail à faire pour concilier cette attente de flexibilité des horaires exprimée par les salariés et le maintien de l’équité et de règles de fonctionnement parfois incontournables.

Comment répondre à ce besoin de flexibilité ?

C’est précisément le rôle des solutions de gestion des temps et des activités, qui permettent à la fois d’organiser la flexibilité et de la garder sous contrôle. Notons par ailleurs que les solutions de planification du personnel les plus avancées intègrent désormais la possibilité pour les salariés d’exprimer des choix et des préférences quant à leurs horaires de travail. Les moteurs de planification, tels que la solution HQ Optimum proposée par Horoquartz, élaborent les plannings d’activité en prenant en compte dans la mesure du possible les souhaits exprimés par les collaborateurs.  Même s’ils ne vont pas toujours pouvoir satisfaire 100% des préférences individuelles, ils seront capables de calculer la meilleure optimisation possible et de garantir l’équité.

 

Télécharger l’étude Atomik Research pour Wrike

Télécharger le livre blanc Horoquartz/Opinionway sur la relation au travail des salariés français

(*) Wrike est une société américaine spécialisée dans les logiciels de gestion de projet et la collaboration au travail.

 

Thierry Bobineau, Directeur Marketing chez Horoquartz

Thierry Bobineau - blog Horoquartz