mars 2019

Gestion des temps : elle pourrait faire plus dans l’industrie !

Le plus souvent vue au travers d’un prisme RH, la gestion des temps recèle d’autres fonctionnalités qui peuvent largement aider les opérationnels dans l’industrie. Au travers de cas clients, intéressons-nous à des sujets tels que la gestion des plannings, la gestion des compétences ou encore le suivi d’atelier.

La GTA est-celle légitime sur ces sujets ?

Quand on parle d’optimisation des plannings des opérateurs, de gestion des compétences, de suivi d’atelier ou de performance main d’œuvre, la question se pose de façon légitime de savoir où traiter le plus efficacement ces fonctionnalités. Elles sont assez souvent à la croisée de la GTA (gestion des temps et des activités), de l’ERP, de la gestion des talents, du MES voire de l’ordonnancement. Or, il est assez rare de voir une de ces solutions apporter une réponse globale et intégrée au besoin de pilotage des opérateurs. Et il faut bien le reconnaitre, on trouve encore assez souvent de l’Excel pour traiter tout ou partie de ces besoins.

C’est ainsi que la GTA peut constituer une alternative efficace et pragmatique pour traiter ces sujets. Ce choix a été fait par différents clients industriels d’Horoquartz et est décrit au travers de leurs témoignages présentés ici.

Le suivi d’atelier : dans l’ERP ou dans la GTA ?

Temps passés sur OF/opérations, quantités bonnes et rebutées, statut, activité des équipements : toutes ces données sont indispensables au bon pilotage de la production. Les clients qui choisissent de les collecter au travers de la GTA visent généralement plusieurs objectifs. Le premier consiste à mettre à disposition des opérateurs une solution de saisie simple et rapide à utiliser, s’appuyant sur les mêmes périphériques que ceux de la gestion des temps (badgeuses/terminaux d’atelier) et utilisant les mêmes moyens d’identification des opérateurs (le badge par exemple).  Il en résulte une réduction du coût d’acquisition de l’information et une bonne acceptabilité par les opérateurs car les scénarios de saisie sont personnalisés et finement adaptés au contexte. Le management de production dispose d’un outil de pilotage temps réel.

Effectuer le suivi d’atelier dans la GTA résout aussi de façon native un problème récurrent chez les industriels : avoir des temps imputés qui correspondent à des temps de présence payés, et comprendre le cas échéant d’où viennent les écarts.

Ainsi pour l’usine BBraun de Saint-Jean de Luz qui utilise la solution de suivi d’atelier HQ Activity proposée par Horoquartz : « la solution devait être aussi simple à utiliser qu’un distributeur de billets. » Elle devait aussi assurer une communication avec SAP (voir le témoignage).

Pour Albagnac, un fabricant de machines de pose d’étiquettes adhésives qui traite également son suivi d’atelier dans la GTA, l’ergonomie de la solution proposée aux opérateurs a été un critère de choix essentiel, mais aussi l’intégration complète avec l’ERP (voir le témoignage).

Centraliser la gestion des plannings et des compétences

Le planning des opérateurs de production est souvent réalisé sous Excel et cela peut parfois présenter des avantages : gestion agile, solution économique et parfaitement adaptée aux contraintes du terrain.

Mais les limites de l’exercice sont aussi connues. Une planification réalisée sur tableur est souvent plus complexe qu’il n’y paraît en raison de la connexion à d’autres applications pour récupérer les données (typiquement l’ERP, l’ordonnancement et la gestion des temps) et de calculs nécessaires qui font le plus souvent appel à des fonctions ou des macros sophistiquées. Ceci pose souvent la question de la pérennité de l’outil quand la personne qui l’a développé quitte l’entreprise.

Une autre limite surgit quand on chercher à mutualiser les ressources, c’est-à-dire à avoir une vision globale des opérateurs et une mutualisation au niveau de l’usine ou d’un groupe d’ateliers.

La gestion des compétences des opérateurs devient par ailleurs de plus en plus centrale et organisée, parfois en raison de normes (ISO 22000 par exemple) ou de contraintes d’audit, ce qui nécessite de gérer cet aspect de façon structurée et auditable.

Enfin, il est difficile dans le cas d’une planification sur tableur de s’assurer que les règles légales de gestion des temps sont bien respectées (heures travaillées, repos légaux…). De nombreux industriels se posent donc la question d’outils de planification plus centralisés et automatisés.

Ainsi, Manuco, industriel du secteur de la chimie, est passé d’une planification des opérateurs sous Excel à une planification dans son application de GTA Horoquartz, en gérant de façon fine les compétences et les habilitations de son personnel de production (voir le témoignage).

Une situation également décrite par Novexia, PMI de la région Lyonnaise spécialisée dans les équipements électriques. Novexia a ainsi réussi à remplacer les nombreux tableurs existants dans les services par une application centralisée et unique pour la planification et la gestion des compétences de ses opérateurs (voir le témoignage).

 

Thierry Bobineau, Directeur Marketing chez Horoquartz

Thierry Bobineau - blog Horoquartz

Commentez cet article