novembre 2018

Enquête Opinionway – Horoquartz : qui sont ces salariés qui voudraient télétravailler ?

49% des salariés souhaitent télétravailler, selon une étude réalisée par Opinionway auprès de plus de 2200 salariés français, en exclusivité pour Horoquartz. Qui sont-ils ? Quels sont les critères les plus marquants ? Nous avons dressé leur portrait-robot.

 

 

Le niveau d’études, marqueur le plus déterminant

Plus les salariés sont diplômés, plus ils souhaitent télétravailler. Ainsi, seuls 25% des salariés sans diplôme souhaitent télétravailler, contre 47% des titulaires d’un baccalauréat. La palme revient aux diplômés d’une école d’ingénieur ou de commerce, qui sont 74% à exprimer ce souhait.

De façon logique, on retrouve la même relation par rapport au statut. Ainsi, les cadres sont 69% à souhaiter télétravailler, contre 53% des professions intermédiaires et 49% des employés. Les ouvriers ferment la marche, ce qui n’est guère surprenant dans la mesure où leur métier est rarement compatible avec ce type d’organisation.

Le secteur d’activité : un autre facteur majeur

Tout comme le niveau de diplôme ou le statut, le secteur d’activité fait apparaître des disparités importantes. Les salariés des secteurs de l’énergie, de la banque-assurance, et des services aux entreprises sont demandeurs de télétravail à plus de 65%. A l’inverse, les salariés de l’industrie, du commerce et des transports sont moins de 45% à exprimer cette attente. La demande est assez probablement corrélée avec la possibilité pratique de chaque secteur d’offrir des possibilités de télétravail à ses salariés.

Pour plus d’infos, téléchargez l’ebook complet

Les jeunes plébiscitent le télétravail

L’enquête Opinionway pour Horoquartz le démontre sans ambiguïté : les jeunes générations plébiscitent le télétravail. Ainsi, 55% des moins de 30 ans expriment ce souhait, contre 51% des 40-49 ans et seulement 34% des 60 ans et plus. 22% des moins de 30 ans souhaitant télétravailler voudraient par ailleurs le faire de façon régulière, contre seulement 7% des 60 ans et plus. Le marqueur générationnel est donc très clair.

Le lieu de résidence : quelques surprises

Logiquement, les salariés habitant les grandes villes sont les plus nombreux à vouloir télétravailler. 56% des salariés de la région parisienne et 52% de ceux qui habitent dans les villes de plus de 200 000 habitants expriment cette attente. La difficulté des transports explique facilement cette forte demande. Plus étonnant, les salariés habitant dans des villes de 2000 à 4999 habitants arrivent juste derrière, avec 50% de salariés demandeurs. L’éloignement probable du lieu de travail, le temps et le coût des trajets expliquent probablement cette forte demande en milieu rural. Les salariés des agglomérations de 50 000 à 99 999 habitants sont d’ailleurs les moins demandeurs (41%), ce qui semble faire des villes moyennes un bon compromis.

D’autres critères moins différenciateurs

D’autres critères entrent également en compte dans le souhait de travailler à distance, bien qu’ils soient moins différenciateurs. Ainsi, le sexe (53% des femmes contre 46% des hommes), la taille de l’entreprise (45% des salariés des TPE contre 53% des salariés des ETI) ou le type d’entreprise (49% des salariés du secteur privé contre 53% dans le secteur public et 46% des fonctionnaires) semblent moins déterminants.

Portrait-robot : le candidat au télétravail est donc…

Le candidat type au télétravail est donc une femme, diplômée d’école d’ingénieur ou de commerce, âgée de moins de 30 ans, travaillant dans une ETI ou une grande entreprise de l’énergie, de la banque-assurance ou des services aux entreprises et résidant dans une ville de plus de 200 000 habitants.

 

Pour plus d’infos, téléchargez l’ebook complet

 

En savoir plus sur le rapport au travail en fonction des générations :

lire l’étude Opinionway – Horoquartz complète

Commentez cet article