juillet 2019

Ces salariés français qui réclament plus de souplesse dans leurs horaires

C’est le dernier volet d’une large étude menée par Opinionway pour Horoquartz sur le rapport au travail des salariés français : qui sont ces collaborateurs qui réclament plus de souplesse dans leurs horaires de travail ? Massivement formulée par 81% des salariés interrogés, cette demande recouvre différentes réalités. Quelques résultats contre-intuitifs à la clé dont un en particulier : ce ne sont pas les plus jeunes qui sont les plus demandeurs de souplesse dans les horaires !

 

Lire le premier volet de l’étude Horoquartz – Relation au travail : l’âge est-il vraiment un différentiateur ?

 

Une étude menée par Wrike* auprès de 4000 salariés américains, allemands, anglais et français a récemment démontré que la flexibilité des horaires figurait dans le trio de tête des leviers de motivation au travail. L’étude d’Opinionway pour Horoquartz confirme largement cette tendance avec 8 salariés français sur 10 demandeurs de plus de souplesse. Une attente massive, quel que soit l’âge, le sexe, le secteur d’activité, le statut, le lieu de résidence car, sur tous ces critères, cette demande est d’au moins 75% des salariés et peut culminer à 86%.

 

Pour Thierry Bobineau, Directeur Marketing d’Horoquartz : « le sujet semble faire consensus parmi les salariés, mais les contraintes de service, d’ouverture au public, ou de production dans l’industrie par exemple, sont souvent une limite à la généralisation d’horaires ‘à la carte’. De ce fait, moins d’un salarié français sur 2 bénéficie à ce jour d’une latitude (plus ou moins grande) sur ce point ».

On observe néanmoins des variations. Ainsi, contrairement à une idée répandue, ce ne sont pas les moins de 30 ans qui demandent le plus à bénéficier de flexibilité. Cette demande émane plus de la ‘génération sandwich’, celle des 40-60 ans avec 83% de salariés exprimant cette attente. Coincée entre des enfants scolarisés, ou pas encore autonomes, et des parents âgés et parfois dépendants, elle exprime ici sa difficulté à concilier contraintes personnelles et vie professionnelle.

 

souplesse horaire - générations

 

Sans surprise, les femmes sont plus demandeuses de souplesse dans les horaires de travail avec un chiffre de 85% contre 77% pour les hommes. La présence d’enfants à charge est également un facteur qui joue sur 8 points d’écart.

 

L’étude montre qu’il n’y a pas de lien systématique entre le nombre d’heures travaillées et la demande de flexibilité dans les horaires. Ainsi le secteur de l’énergie où les salariés sont les plus nombreux à rapporter travailler plus que ce qui est mentionné dans leur contrat de travail (50% des sondés) est également celui où l’attente de flexibilité dans des horaires est la moins visible (75%). Et inversement, le secteur des transports où « seulement » 37% des salariés mentionnent des dépassements d’horaires fait partie du trio de tête où cette attente de souplesse est souhaitée.

 

Enfin, on pourrait penser que les salariés habitant dans une grande ville, avec des temps et aléas de transports plus importants pourraient être plus demandeurs. Ce n’est pas le cas, car ceux résidant dans des agglomérations de plus de 200000 habitants et ceux de la région parisienne sont respectivement 80 et 81% à exprimer ce besoin, soit la moyenne nationale.

 

« Le manager de proximité est identifié par 91% des salariés comme le garant de l’équilibre vie professionnelle-vie personnelle, notamment par sa capacité à prendre en compte les contraintes de ses collaborateurs et d’adapter le cas échéant leurs horaires de travail. Une situation parfois compliquée pour certains managers qui peuvent avoir du mal à concilier les impératifs de service ou de production et les demandes individuelles » conclut Thierry Bobineau.

 

Souplesse horaire - rôle du manager

 

(*) Wrike est une société américaine spécialisée dans les logiciels de gestion de projet et la collaboration au travail.

 

Lire l’étude complète – Qui sont ces salariés qui demandent plus de souplesse horaire ?