février 2020

Cadres : les oubliés de la réduction du temps de travail ?

Nous l’avons vu dans un précédent billet : le temps de travail annuel moyen des Français a considérablement baissé depuis 1975 d’après le rapport de l’Insee « Portrait Social » de Novembre 2019. Cette tendance a concerné de nombreux publics et pas uniquement les salariés. Pourtant, les cadres travaillent presque autant qu’il y a 40 ans, une conséquence d’après l’Insee de la mise en place du forfait en jours.

1850 heures travaillées par année

C’est la moyenne calculée par l’Insee pour un cadre français contre 1650 heures pour les autres salariés depuis 2016. Un écart de 200 heures par an qui s’explique par une durée hebdomadaire plus élevée.

En 2018, on estime que seuls 9% des cadres travailleraient effectivement 35 heures par semaine. Un chiffre corroboré par une étude menée par Opinionway pour Horoquartz en 2017, dans laquelle 59% des cadres rapportaient travailler plus que le nombre d’heures mentionné dans leur contrat de travail.

L’institut note par ailleurs que la baisse du nombre d’heures travaillées par les cadres serait de 75 heures depuis 1975 alors qu’elle a atteint 250 heures pour les autres catégories de salariés.

Le forfait en jours à l’origine de ce constat

D’après l’Insee, le dispositif du forfait en jours, introduit en janvier 2000 dans le cadre de la loi sur les 35 heures, a considérablement limité la diminution du temps de travail réel pour les cadres en comparaison avec les autres catégories de salariés. Ce dispositif a été élargi entretemps aux non-cadres dont la durée de travail ne peut être prédéterminée et qui bénéficient d’une réelle autonomie dans l’organisation de leur emploi du temps. Néanmoins, ce dispositif est toujours majoritairement utilisé par les cadres puisque 40% d’entre eux sont concernés contre 5% pour les non cadres.

Au final, l’Insee indique que les cadres au forfait en jours travaillent en moyenne 90 heures de plus par an que ceux au régime en heures.

Un moindre impact du temps partiel

Dans son rapport, l’Insee indique que la réduction du temps de travail des salariés à temps complet est la première cause de la baisse de la durée annuelle du temps de travail de 1975 à 2018, principalement en raison de dispositions légales. L’augmentation du nombre de salariés à temps partiel sur la période à également largement joué et constitue la deuxième explication.

Or les cadres ont été bien moins concernés que les autres catégories de salariés. Ainsi, dans une étude de la DARES ont voit que le pourcentage de cadre à temps partiel est passé de de 5,6 à 9,8% de 1975 à 2018. Quand dans le même temps, le taux pour les employés passait de 11,3 à 32,9% et pour les ouvriers de de 4,9 à 12,1%.

L’effet du forfait en jours et d’une proportion moindre de cadres à temps partiel explique donc qu’ils aient été moins concernés par la réduction du temps de travail sur cette période.

Le forfait en jours n’exonère d’ailleurs pas l’employeur de s’assurer de l’amplitude et de la charge de travail de ses cadres.

Sur ce sujet, lire l’article de Me Roche pour Horoquartz

Les solutions de gestion des temps apportent une aide précieuse aux entreprises pour assurer ce suivi des jours réellement travaillés. Ainsi la solution eTemptation proposée par Horoquartz permet aux cadres d’enregistrer eux-mêmes leurs déclarations de présence et de mettre en œuvre des workflows de validation. Les cadres ont également la possibilité d’indiquer eux-mêmes s’ils jugent que leur charge de travail est déraisonnable afin de déclencher une alerte qui sera prise en compte par le service RH.

 

Thierry Bobineau, Directeur Marketing chez Horoquartz

Thierry Bobineau - blog Horoquartz