mai 2019

29% des salariés français prêts à cumuler deux emplois

Près d’un salarié français sur trois aimerait cumuler deux emplois s’il en avait la possibilité, selon une enquête inédite réalisée par Opinionway pour Horoquartz. Même si ce mode de travail est le plus souvent subi pour des raisons financières, pour une partie de la population, il résulte parfois d’un choix assumé.

 

Aujourd’hui, 9% des salariés français cumulent deux emplois

On parle de multi-emploi, de pluriactivité, parfois de slashing (en référence à la barre oblique du clavier qui permet de séparer deux éléments) : aujourd’hui 9% des salariés français le pratiquent plus ou moins régulièrement. C’est ce qui ressort d’une étude inédite réalisée par Opinionway pour Horoquartz, et qui remet en cause bon nombre d’idées reçues sur le rapport au travail des générations Y et Z.

La situation est plus fréquente chez les moins de 30 ans, qui sont 12% à pratiquer le slashing aujourd’hui, contre 10% des 30/39 ans et 7% des 50/59 ans. « Difficile de savoir s’il s’agit d’une situation subie ou volontaire, mais elle peut toutefois sembler logique en début de carrière », note Thierry Bobineau, Directeur Marketing d’Horoquartz.

Une situation courante dans les secteurs d’activité aux contrats et horaires atypiques

Certains secteurs d’activité sont plus concernés que d’autres par le multi-emploi. C’est le cas notamment de l’éducation et de la santé (13% de salariés concernés), du BTP (11%), des services aux particuliers (11%) et du commerce-hôtellerie (11%). On y retrouve souvent des contrats de travail et des horaires atypiques. Les temps partiels y sont également plus fréquents. En revanche, les secteurs plus statutaires sont moins concernés : seuls 5% des salariés de l’industrie cumulent deux emplois, par exemple.

Une corrélation entre pluriactivité et importance accordée au travail

11% des salariés considérant le travail comme « très important » sont en multi-emploi, contre seulement 6% parmi ceux qui n’y accordent pas d’importance. Il y a en effet beaucoup plus de slashers dans cette population (20 points d’écart avec l’ensemble des salariés français). Considérer le travail comme très important a certainement un impact sur la motivation pour multiplier les expériences et sur la volonté d’occuper la totalité de son temps de travail potentiel.

Demain, 29% des salariés français prêts à devenirs « slashers »

Difficile de savoir s’il s’agit d’une situation subie ou d’une envie de changement. Toujours est-il que les salariés français sont très nombreux à souhaiter avoir plusieurs employeurs. L’étude Opinionway pour Horoquartz corrobore une étude menée par la DARES en 2017, qui estimait que 19,3% des salariés travaillaient à temps partiel, une situation contrainte pour la moitié d’entre eux. Selon Opinionway, 47% des salariés à temps partiel souhaitent avoir recours au cumul de deux activités salariées, mais 26% des salariés à temps plein expriment également ce souhait.

Les jeunes plus demandeurs

Enfin, 39% des salariés de moins de 30 ans souhaiteraient cumuler deux activités s’ils en avaient la possibilité, contre 28% des 40/49 ans et 19% des 60 ans et plus.

 

Pour consulter l’étude complète, téléchargez le livre blanc Horoquartz